Promenade des droits de la personne de Côte Saint-Luc

Inaugurée en septembre 2000 au Parc Pierre Elliott Trudeau, la Promenade des droits de la personne est dédiée aux femmes et aux hommes qui, par leur engagement inébranlable au service d'humanité, ont tenu bien haut la flamme des droits humains, afin que sa lumière se répande sur le monde.

La Promenade des droits de la personne inclus les noms suivants :

René Cassin (1887-1976) : Membre de la Commission des Nations Unies sur les droits de la personne et un des auteurs de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme. Rene Cassin plaque
John P. Humphrey plaque John P. Humphrey (1905-1995) : Avocat et professeur de droit, il devient le premier Directeur de la division des Droits de l'homme des Nations Unies. Il est un des principaux promoteurs responsables de l'adoption de la Déclaration universelle à l'assemblée générale des Nations Unies.
Raoul Wallenberg (1912-1947) : un diplomate suédois envoyé en Hongrie pendant la Deuxième Guerre Mondiale pour soustraire les Juifs à l’extermination aux mains des Nazis. Il réussit à sauver 100 000 Juifs, avant de disparaître de façon mystérieuse en 1945. Raoul Wallenberg plaque
Jules Deschenes plaque Jules Deschênes (1923-2000) : Juge en chef de la Cour d’appel du Québec dans les années 70. Parmi ses nominations, tant au niveau canadien qu'international, il a présidé la Commission d’enquête sur les criminels de guerre au Canada, dite « Commission Deschênes », qui devait enclencher la poursuite de criminels de guerre partout dans le monde.
Maxwell Cohen (1910-1998) : a occupé le poste de Doyen de la faculté de Droit de l’université McGill dans les années 60. Il a participé aux travaux de plusieurs commissions nationales et internationales, et présidé le Comité fédéral sur la propagande haineuse, dont les travaux ont plus tard été intégrés au texte du Code criminel. Maxwell Cohen plaque
Mary Earley plaque Mary Two-Axe Earley (1911-1996) : une Mohawk de la réserve de Kahnawake. En faisant pression sur le gouvernement canadien, elle réussit en 1985 à faire amender la Loi sur les Indiens pour permettre à une femme autochtone mariée à un non autochtone de réclamer son statut d’Indienne.
Helen Suzman (1917- 2009) : Helen Suzman était une politicienne et une activiste reconnue pour ses critiques publiques très sévères à l’endroit des politiques de l’apartheid, à une époque où une telle attitude était rare de la part des blancs. Accusée par un ministre de poser des questions embarrassantes pour l’Afrique du Sud, elle répond : « Ce ne sont pas mes questions qui embarrassent l’Afrique du Sud, ce sont vos réponses ». En 1996, elle était aux côtés du président Nelson Mandela, alors qu’il signe la nouvelle constitution de l’Afrique du Sud. Helen Suzman plaque
Antonio Lamer plaque Antonio Lamer (1933 – 2007) : Le très honorable Joseph Antonio Charles Lamer a été le seizième Juge en chef du Canada. Les vingt ans du juge Lamer à la Cour Suprême du Canada correspondent à une période marquée par une évolution importante, tant dans la loi canadienne que dans la vie sociale et politique de ce pays. Le juge Lamer a défendu l’indépendance du système judiciaire, et son influence a été déterminante pour l’interprétation de la Charte canadienne des droits et libertés, enchâssée dans la Constitution canadienne en 1982. La Charte garantit certains droits politiques et civils en regard des politiques et actions de tous les niveaux de gouvernement. Parlant de l’importance d’un système judiciaire sain, le juge Lamer a dit un jour : « Sans pouvoir judiciaire indépendant et impartial, il n’y a pas de justice possible. Et sans justice, il n’y a pas de liberté ».
Miep Gies (1909 - 2010) : Miep Gies (née Hermine Santrouschitz), avec l’aide d’autres citoyens néerlandais, a caché Anne Frank et sa famille pendant l’occupation des Pays-Bas par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Après l’arrestation et la déportation d’Anne, Mme Gies a découvert et préservé son journal, qui a ensuite été publié après la guerre. Miep Gies plaque
Activists plaque Défenseurs des droits de la personne pour Juifs opprimés en terres étrangères : Dans les années 70, 80 et 90, nombreux furent les Canadiens juifs qui contribuèrent à créer des initiatives locales afin d’aider les Juifs à fuir trois pays, soit l’Union soviétique, la Syrie et l’Éthiopie. Ces défenseurs étaient inspirés par Tikkun olam ou « guérison du monde », un concept juif de justice sociale, et par le désir de ne jamais permettre aux gouvernements de persécuter les Juifs.
Aung San Suu Kyi (1945 – ) : En 1988, Aung San Suu Kyi  dirige un mouvement pour le rétablissement de la démocratie en Birmanie. En 1991, tandis qu’elle est sous assignation à domicile, Aung San Suu Kyi reçoit le Prix Nobel de la Paix. Relâchée en 2010, elle aura passée 15 des dernières 21 années en assignation à domicile. Aung San Suu Kyi plaque
Activists plaque Jackie Robinson (1919 - 1972): Jack Roosevelt Robinson a été le premier Afro-Américain à jouer dans la ligue majeure de baseball au cours de l’ère moderne, mettant fin à 50 ans de ségrégation entre les Noirs et les Blancs dans le sport et contribuant à ouvrir la voie au mouvement des droits de la personne aux États-Unis.

>> Visionnez le vidéo
Nelson Mandela (1918 - 2013): Nelson Rolihlahla Mandela a passé 27 ans en prison pour avoir contesté l'autorité de la minorité blanche et lutté contre l'apartheid, devenant par la suite le premier président d'Afrique du Sud élu démocratiquement

>>Voir les photos de la cérémonie d'intronisation de Nelson Mandela

Plaque de Nelson Mandela
Activists plaque

Irwin Cotler (1940 - ) : Irwin Cotler est un avocat des droits de la personne, un professeur de droit constitutionnel, et un parlementaire qui s'est merité le titre de Champion des opprimés pour la promotion et la protection des droits de la personne partout dans le monde.

>> Visionnez les photos de la cérémonie d'intronisation d'Irwin Cotler

>> Visionnez la vidéo de la cérémonie d'intronisation d'Irwin Cotler