Une coalition formée de maires, de conseillers municipaux, de commissaires d’école et de représentants de différents organismes provinciaux et fédéraux a annoncé aujourd’hui son intention de s’opposer au projet de loi 21, la Loi sur la laïcité de l’État déposée récemment par le gouvernement du Québec.

La coalition d’élus a fait savoir que le Rallye pour la liberté religieuse se tiendra le dimanche 14 avril 2019, de 11 h 30 à 13 h, devant le Centre municipal Bernard Lang au 5801, boulevard Cavendish à Côte Saint-Luc. La population est invitée à participer pour manifester son opposition au projet de loi 21.

Citations

« Oui, il est essentiel de garantir la neutralité de l’État afin d’assurer l’égalité entre tous, mais cet inquiétant projet de loi fera exactement le contraire. Il indiquera à certains Québécois qu’ils ne sont pas aussi égaux que d’autres. Quel horrible message ! Ce projet de loi est injuste, il est indigne du Québec que j’aime. En fait, il est illégal selon les chartes québécoise et canadienne des droits et libertés. Ensemble, nous utiliserons tous les moyens légitimes à notre disposition pour nous y opposer. »

– David Birnbaum, membre de l’Assemblée nationale pour D’Arcy-McGee et Porte-parole de l’opposition officielle en matière d’affaires autochtones

 

« Nous avons l’intention de travailler ensemble avec les divers paliers de gouvernement pour nous opposer au projet de loi 21. La loi proposée est discriminatoire envers un certain nombre de personnes que nous représentons et elle a pour effet de traiter ceux qui portent une croix, une kippa, un hijab ou un turban comme des citoyens de deuxième classe. »

– Anthony Housefather, député de Mont-Royal à la Chambre des Communes

 

« Nous avons l’intention de nous faire entendre et de défendre une valeur qui nous tient à cœur : faire en sorte que tous les Québécois puissent exceller dans les professions de leur choix, peu importe leurs croyances religieuses. »

– Mitchell Brownstein, maire de la Ville de Côte Saint-Luc

« Le projet de loi  21 institutionnalisera la discrimination pour certains emplois dans la fonction publique, faisant du Québec la seule juridiction en Amérique du Nord où des candidats parfaitement qualifiés, voire les meilleurs, seront exclus en raison de leurs convictions religieuses profondes. La fonction publique québécoise manque déjà de diversité et le message de ce projet de loi est que les minorités ne sont pas les bienvenues. Cela va à l’encontre de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec et de ce que la plupart des Québécois estiment être une société accueillante où les gens peuvent être fiers de leur descendance et de leur patrimoine tout en étant fiers d’être Québécois. Il est clair que ce projet de loi cible les juifs, les sikhs et les musulmans et à mesure que les Québécois en prendront conscience, l’appui à cette loi odieuse s’effondrera. »

– Marvin Rotrand, conseiller du district Snowdon de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce (Montréal)

 

« Nous devons nous prononcer contre ce projet de loi ensemble. Nous nous sommes unis contre la Charte des valeurs de l’ancien gouvernement du PQ en 2014 et je suis rassurée de voir que nous le referons. Ce que le gouvernement nous demande de faire va à l’encontre de toutes les valeurs que nous enseignons à nos enfants. »

– Angela Mancini, présidente de la Commission scolaire English-Montréal

Faits en bref