A

1891-1987

Sidney James Allen est né en 1891, en Angleterre. Il arrive à Montréal en 1910, à l’âge de 19 ans, et s’établit dans le village de Côte Saint-Luc. Il s’est marié avec Edith Annie Cowsill en 1916 au Baptist Temple de Montréal. Fleuriste de profession, il habitait avec ses parents, sa femme et son fils, Sydney Allen Jr., au 807-809 Hudson (aujourd’hui 5615 et 5619 Hudson). Sa mère et son père, Horace Allen et Emily Charge, vivaient au 809 (5619) et Sidney James et sa femme au 807 (5615). L’ancienne maison dans laquelle ils vivaient, construite en 1924, existe toujours aujourd’hui.

Maison des Allen (807-809 rue Hudson – Aujourd’hui devenus 5615-5619)

Sydney Allen a été nommé conseiller municipal à Côte Saint-Luc en 1939. Il a été nommé responsable du département des parcs et terrains de jeux. Il est resté au conseil jusqu’en 1941 et a été réélu en 1943.

Côte Saint-Luc – Vers 1940

La famille Allen exploitait une serre (voir la carte) située au coin de Hudson et des voies ferrées du CP, juste à côté de leur maison. Elle était exploitée par Sidney Allen lui-même.

M. Allen est décédé en 1987 à l’âge de 96 ans et a été inhumé au cimetière Mont-Royal.

1888-1955

August Heinrich Andrea est né le 22 décembre 1888 à Haarlem, aux Pays-Bas. Il est venu au Canada sur le Virginian le 7 mai 1910, alors qu’il avait 22 ans. En 1912, il est retourné se marier (Date du mariage : 22 août 1912). Son épouse Hendrika est arrivée avec lui à Montréal le 13 octobre à bord du Tunisian.

August Hendrick Andrea et sa famille, quittèrent le boulevard St-Joseph et sont venus vivre à Côte Saint-Luc en 1914. Il était inscrit au 19, chemin CSL. Il a eu trois filles : Ethel, Nellie et Henrietta ainsi qu’un fils, August. Le 19 CSL est devenu le 1223, chemin CSL vers 1922 (qui est ensuite devenu le 6923 lorsque le nombre de rues a été modifié en 1938). L’une des raisons pour lesquelles les chiffres ont été modifiés est que CSL voulait refléter les chiffres de la rue Sherbrooke. Lorsque Westbourne a ouvert ses portes au début des années 50, l’adresse est finalement devenue le 5514 Westbourne.

Maison de la famille Andrea – 1919 (Aujourd’hui devenu 5514 Westbourne)

M. Andrea était surintendant de la construction pour Ryan Construction. Il a été élu conseiller municipal de la ville de Côte Saint-Luc en 1951 et 1952. Lorsqu’il a été défait en 1953, on lui a confié le poste d’inspecteur en bâtiment puisqu’il était charpentier de métier. August Andrea est décédé le 31 décembre 1955. L’avenue Andrea lui a été dédiée en 1954. La rue a disparu peu après, vers 1960, car un immeuble d’appartements a été construit à cet endroit.

M. Andrea a construit deux maisons pour ses filles : une sur Westbourne et une sur Elgin juste derrière. 5518 Westbourne était l’endroit où Nellie Gohier née Andrea a vécu (1953). Elle était mariée à Yvon Gohier. 5517 Elgin était la maison d’Ethel Andrea Simpson, qui était mariée à George Simpson. En 1952, les maisons construites sur Elgin étaient connues sous le nom de 12 5, car elles se vendaient 12 500 $. Pour 200 $ de plus, vous pouvez en acheter un avec un garage. En 1984, la maison Andrea au 5514 Westbourne a été démolie par le nouveau propriétaire qui a vendu les lots de chaque côté.

Maison de August Andrea – 1921

B

1930-2009

Pearl Estelle Bierbrier (nom de jeune fille Clavier) est née le 13 mars 1930. Elle a grandi près de la rue Clark à Montréal. Sa mère était Anna Blumenthal. Elle a épousé Solomon Bierbrier, notaire et conseiller de la Ville de Côte Saint-Luc (conseiller de 1965 à 1969). Elle a eu deux enfants, Ira et Michael.

Pearl Bierbrier a fréquenté l’école secondaire Baron Byng sur la rue Saint-Urbain. En 1965, elle a obtenu sa maîtrise en sciences infirmières à l’Université McGill, étant la première de confession juive à obtenir cette maîtrise, considérée comme le plus haut diplôme en sciences infirmières au Canada. Elle avait auparavant obtenu son R.N. à l’hôpital St. Mary et son B.A. à l’Université Sir George William. Elle a également obtenu son diplôme en enseignement à l’Université McGill.

Pearl Bierbrier vivait sur l’avenue Palmer à Côte Saint-Luc. Elle a été active dans l’implication communautaire, en tant qu’assistante de recherche travaillant avec les jeunes à l’Institut Allan Memorial, en tant qu’intervenante avec le premier centre d’accueil de Côte Saint-Luc, en tant que membre exécutif de la PTA de l’école secondaire Wagar et en tant que consultante sur le vieillissement. pour le département d’éducation à la santé de Loyola. Elle a animé une série de conférences au campus Snowdon du Collège Vanier, portant sur les « Relations humaines pour adultes ». Elle était membre de la synagogue et de la sororité Beth Zion.

En 1974, Pearl Bierbrier a annoncé son intention de se présenter au conseil pour le siège 1, devenant la deuxième femme (avec Hazel Lipes, sa concurrente) à se présenter au conseil de la ville de Côte Saint-Luc. Sa campagne, avec son slogan « Je me soucie de la communauté », se porte garante d’un lieu de rencontre pour les adolescents et d’une chance pour les résidents de participer à des activités communautaires. Elle a insisté pour une meilleure organisation du service des loisirs, ainsi que des opportunités de loisirs individuels. Elle voulait que les membres de la communauté soient informés des possibilités d’éducation près de la ville, comme le campus Snowdon de Vanier.

Elle a promis de maintenir le niveau d’imposition actuel, de maintenir des normes élevées en matière de développement urbain, d’améliorer les services et les installations récréatives pour tous les groupes d’âge et d’être disponible pour tous les résidents de CSL. Elle a soutenu qu’il n’y avait aucun conflit d’intérêts et qu’elle se souciait des gens, qu’elle connaissait bien la scène politique et qu’elle pouvait se consacrer à temps plein aux affaires de la ville. Alors qu’elle était soutenue par Edward Kirwan, l’ancien conseiller du siège 1 qui a volontairement renoncé à son siège, elle a perdu les élections face à Hazel Lipes, arrivant en deuxième position en nombre de voix.

Après le décès de Bill Kesler en septembre 1979, elle est finalement élue conseillère par acclamation. Sa campagne était basée sur la recherche de subventions provinciales et fédérales au profit de CSL, l’établissement d’une meilleure communication entre le conseil municipal et la communauté, une participation active avec tous les groupes d’âge, l’amélioration des normes de loisirs et le lancement de services paramédicaux d’urgence. Elle est restée au conseil durant les six prochaines années jusqu’en 1985.

Elle est décédée le 27 mars 2009, à l’âge de 79 ans et a été enterrée à Jérusalem.

Solomon Bierbrier est né en 1930. Il a obtenu un diplôme de premier cycle de l’Université Sir George Williams (maintenant l’Université Concordia) et un diplôme d’études supérieures de l’Université McGill. Il a été admis au barreau en 1956. Solomon Bierbrier est membre du conseil d’administration de Maclos Capital, Inc. et directeur de Bierbrier & Cooper Notaries. Il occupait auparavant le poste de membre de la Chambre des notaires du Québec et secrétaire de Gondwana Gold, Inc. Lui et son épouse, Pearl Bierbrier vivaient sur l’avenue Palmer à Côte Saint-Luc.

Le 12 mai 1965, il s’est déclaré candidat aux élections municipales, car il « croyait que ce qu’il fallait au conseil, c’est quelqu’un pour gérer et faire face aux problèmes existants et à ceux qui se présenteront jour après jour avec fermeté, franchise et avec une action décisive » (Suburban). Il s’est présenté pour le siège 6 et a battu Frank Chadillon. Il est élu en même temps que Bernard Lang devient maire. Solomon Bierbrier est resté au conseil de 1965 à 1969.

Durant son mandat de conseiller, il était en faveur d’un conseil communautaire semblable à Westmount et Hampstead. Il a joué un rôle déterminant dans l’obtention de l’utilisation du parc Centennial pour répondre aux besoins récréatifs des résidents de la région. Il a promu le développement et la construction des parcs Baily et Earle pour les enfants de CSL, ainsi que le réaménagement des parcs Westminster, Merton et Fyon. Il a adopté un moratoire fiscal pour les ajouts et les améliorations aux maisons locales et a demandé au gouvernement provincial d’accorder à CSL une plus grande part des dollars de la taxe de vente.

Mitchell Brownstein est actuellement le 12e maire de Côte Saint-Luc, depuis le 11 mars 2016. Il a été élu pour la première fois au conseil municipal en novembre 1990, représentant le district 7 et responsable des parcs et des loisirs.

Mitchell Brownstein, associé directeur, a été admis à pratiquer au Québec en 1988. Il a obtenu un baccalauréat en commerce, un baccalauréat en droit civil et un baccalauréat en droit commun de l’Université McGill. Il a également fréquenté l’Université de Montréal en tant qu’étudiant en droit invité pendant un an. Une partie importante de la pratique de M. Brownstein est consacrée à des conseils sur l’immigration américaine, la citoyenneté canadienne et le droit des affaires aux États-Unis et au Canada.

Brownstein a été conseiller municipal pour la ville de Côte Saint-Luc, élu pour la première fois en 1990. Il participe également activement à la collecte de fonds pour des organisations caritatives et a reçu le prix Linda Barker Memorial Award pour son travail exceptionnel de campagne à la Fédération C.J.A. Il a également participé activement à l’appui des communautés multiculturelles de Montréal et à la politique fédérale en tant que président des Jeunes libéraux du Canada pour la circonscription de Mont-Royal. M. Brownstein a donné des séminaires sur l’immigration au Canada dans de nombreux pays du monde.

Mitchell Brownstein a été choisi comme délégué des jeunes entrepreneurs à la mission d’Équipe Canada aux Philippines en janvier 1997. En mai 1997, il a été invité par la Chambre de Commerce du Canada à donner un séminaire sur les questions juridiques entourant l’accès aux marchés de l’Asie-Pacifique, aux salons et séminaires de l’APEC. En 1997, il a été intronisé au sein de l’International Who’s Who of Professionals. En septembre 1998, M. Brownstein a été conférencier à la conférence Entrepreneur Mondial à Ottawa, en Ontario. En novembre 1998, il a participé à l’assemblée du 20e anniversaire du Conseil de commerce Canada-Chine à Beijing, en Chine, en présence du premier ministre du Canada, Jean Chrétien, et du premier ministre de la Chine, Zhu Rongji. En juin 1999, il a été conférencier à la conférence des juristes de l’International Bar Association, à Boston, aux États-Unis. M. Brownstein est membre de la Lord Reading Law Society, de l’American Immigration Lawyers Association, et est autorisé à exercer le droit au Barreau du Québec.

Pour plus d’informations sur le Maire Brownstein, visitez:

http://www.mitchellbrownstein.ca/profile.html

C

Né et élevé à Côte Saint-Luc, Mike Cohen s’implique depuis longtemps dans la communauté en tant que participant à la programmation municipale, bénévole, journaliste et consultant pour la ville et l’hôtel d’arrondissement. Il a fréquenté l’école primaire et secondaire de Côte Saint-Luc et a été élu conseiller municipal du district deux le 6 novembre 2005, recueillant 92 % des voix par rapport à son concurrent. Il a été élu par acclamation pour un deuxième mandat à l’automne 2009 et pour un troisième mandat à l’automne 2013. Le 5 novembre 2017, il s’est présenté pour un quatrième mandat et a obtenu 81 % des voix.

En tant que résident impliqué de Côte Saint-Luc, il a passé de nombreuses années à coordonner des événements pour la ville et à conseiller le personnel municipal et les élus sur les relations avec les médias. Il a siégé pendant deux mandats au Community Leisure Council, qui a conseillé le conseil municipal sur des questions liées aux programmes de loisirs et de culture. À deux reprises, il a reçu le prix du bénévole de l’année dans la catégorie communications.

Mike a été entraîneur et arbitre dans les programmes locaux de baseball, de hockey et de soccer, a siégé à différents comités municipaux et continue encore aujourd’hui de parler avec des groupes communautaires et de personnes âgées. Au cours des 11 années qu’il a passées en tant que directeur national des communications et des affaires israéliennes pour le Congrès juif canadien (1988 à 1999), il a voyagé à travers le Canada, les États-Unis, l’Europe et en Israël. De plus, il a travaillé en étroite collaboration avec les survivants de l’Holocauste. Il a également joué un rôle actif dans la communauté en tant que bénévole pour la Fédération des services communautaires juifs (Fédération CJA), ProMontréal, Fonds national juif et en tant que fondateur de l’Association des jeunes adultes juifs. Aujourd’hui, il est vice-président du petit-déjeuner annuel des célébrités sportives de la Fondation Cummings Jewish Centre for Seniors.

Depuis février 1999, Mike est le spécialiste des communications et du marketing pour la Commission scolaire English-Montréal, la plus grande commission publique anglophone du Québec, où il agit à titre de porte-parole officiel, supervise le site Web et s’occupe de toutes les questions liées aux relations de presse, à la publicité, au marketing et aux promotions. . Il est diplômé du programme de communication et de journalisme de l’Université Concordia. Pendant ses études collégiales et universitaires, il a travaillé à temps plein pour le journal Sunday Express qui n’est plus disponible aujourd’hui. Il est également consultant média auprès de plusieurs grandes entreprises, dont Delmar International, Union Lighting & Decor et JCorp, ainsi que bénévolement pour la Congrégation Tifereth Beth David Jerusalem à Côte Saint-Luc.

En tant que journaliste, Mike contribue à des chroniques, des articles et des conseils de voyage à plusieurs publications, telles que le Suburban Newspaper, le Montrealer, The Jewish Standard Magazine, The Montreal Jewish Magazine, fondateur et rédacteur en chef d’Inspirations, Sandboxworld.com, Canadian World Traveller et MtlRestoRap.

Mike est conseiller municipal du district deux de la ville de Côte Saint-Luc, une communauté prospère de 32 000 citoyens sur l’île de Montréal, depuis 2005. Le district 2 englobe Merrimac, Rembrandt, Kildare (entre Rembrandt et le côté est vers Kellert ), Sir Walter Scott, Ilan Ramon, Marc Chagall, Mackle (entre Cavendish et Brandeis), Quartier Cavendish, Park Place, Jubilee Cavendish (Manoir Montefiore, Manoir Camelia, L’Excelsior) et Honoré-de-Balzac.

Au conseil municipal, Mike est le conseiller responsable de la bibliothèque et de la culture, de la protection des animaux et du parrainage.

Pour plus d’informations sur Mike Cohen, visitez :
https://www.mikecohen.ca/mikecohen/about-mike.html
https://www.mikecohen.ca/mikecohen/city-councillor.html

D

1909-1981

Aubrey Edgar Davies est né en 1909 au Pays de Galles, en Angleterre. Il est arrivé au Canada le 25 avril 1928, à bord de l’Antonia, alors qu’il avait 19 ans. Il est venu avec son frère, Ernest George Davies (né en 1911 au Pays de Galles), leurs parents, Harriet Ann Jenkins Davies et Aubrey Edward Davies, et leurs sœurs.

Il habitait au 8083, chemin CSL et partageait la maison avec son frère (au 8081). Cette maison a été construite en 1946. Edgar Davies et son frère tenaient une épicerie appelée Davies’ Bros au 58 Westminster à Montréal-Ouest, où tous les habitants du village de Côte Saint-Luc faisaient leurs courses, car il n’y avait pas de magasins dans CSL.

Aubrey Edgar Davies a été conseiller à CSL de 1949 à 1952, présidant le siège 5. Il était responsable du comité de santé et était boucher de profession. Le 21 juillet 1954, la Ville de Côte Saint-Luc a nommé l’avenue Davies (anciennement l’avenue Fletcher) en l’honneur d’Edgar Davies en hommage à son travail acharné.

Edgar Davies est décédé le 15 juin 1981 à l’âge de 71-72 ans et a été inhumé au cimetière Mont-Royal.

1858-1931

François-Xavier Décarie était un agriculteur du village de Côte Saint-Luc. Il est un descendant direct de Jean Décarie dit Le Houx, qui s’est établi à Montréal en 1650. La famille Décarie est depuis longtemps associée aux activités agricoles de l’époque. Ils devinrent des propriétaires de terres et des agriculteurs extrêmement prospères, plusieurs acquérant des terres sur toute la largeur de l’île. Ils étaient particulièrement connus pour leurs melons exportés partout au Canada.

Étiquette des melons d’Anatole Décarie (Archives de la Ville de Montréal, P136-S1-D008)

François-Xavier Décarie est né le 23 juillet 1858 à Côte Saint-Luc, dans la paroisse de Notre-Dame-de-Grâce. Il fait partie de la 7ème génération de Décarie vivant à Montréal. Son père était Benjamin Décarie, agriculteur et conseiller municipal à Notre-Dame-de-Grâce à la fin des années 1850-1960, et sa mère Catherine Laurent. Il a fait ses études au Collège de Saint-Laurent. Il a commencé sa carrière comme maraîcher à l’âge de 18 ans et a excellé dans son métier jusqu’à l’âge de 54 ans, quand il a pris sa retraite. Citoyen éclairé et dévoué, il s’est toujours intéressé à la cause publique. En plein essor à Côte Saint-Luc, il devint commissaire des écoles en 1897, président de la commission scolaire en 1908, conseiller de village de juillet 1903 à janvier 1909 et enfin maire de Côte Saint-Luc en janvier 1909. (Archives de la Ville de Montréal, P136-S1-D006). François-Xavier Décarie a été maire du 9 janvier 1909 au 6 mai 1912. Il était le troisième maire de Côte Saint-Luc et membre de son premier conseil municipal.

En février 1881, il épouse Mathilda Trudeau, de Saint-Hubert, qui décède. En octobre 1897, il épouse Lucy Decary, fille de Benjamin Decary de Dorval. Il a eu deux enfants de son premier mariage, Mary C. Décarie et Francois B. Décarie. Marie C. Décarie était l’épouse d’Anatole Décarie, inspecteur du service de l’impôt de Montréal. François B. Décarie était propriétaire de la société Campell-Decarie Ltd. La ferme Décarie était située dans l’est de Côte Saint-Luc, mais Francois-Xavier Décarie habitait au 873, chemin de la Côte St-Antoine, à Notre-Dame-de-Grâce.

Parmi ses réalisations, citons: le gardien de l’église Notre-Dame-de-Grâce en 1915 lors de la restauration de l’église et de l’inauguration des orgues; bienfaiteur du monastère de Précieux-Sang, de l’Hôpital des Incurables et de l’Université de Montréal; membre et président de la Société de Saint-Jean-Baptiste; membre honoraire de la chorale de Notre-Dame-de-Grâce (Archives de la Ville de Montréal, P136-S1-D006).

François-Xavier Décarie est décédé le 16 décembre 1931 à l’âge de 74 ans dans sa résidence du 5455, chemin de la Côte Saint-Antoine. Ses funérailles ont eu lieu à la paroisse de Notre-Dame-de-Grâce.

Au moment de son décès, le Montreal Daily Star écrit: «Un homme remarquable à bien des égards. Il exerça une influence merveilleuse en tant que marguillier de NDG. Il était prospère mais partageait sa prospérité. […] Un gentleman patriarcal. C’était pour lui la joie de vivre. Et il visait toujours à rendre les gens heureux. Il a vécu pour ça. Et ses nombreuses activités lui ont valu de nombreux amis avec lesquels ce fut un réel plaisir de rencontrer même au moment de sa mort» (Archives de la Ville de Montréal, P136-S1-D006).

François-Xavier Décarie (Archives de la Ville de Montréal, P136-SY-D008)

E

L’éducateur et militant local Steven Erdelyi a été réélu conseiller municipal du district quatre de Côte Saint-Luc par acclamation au cours de la période électorale d’octobre 2013. Lors des précédentes élections municipales du 1er novembre 2009, il avait été réélu avec 94 % des votes. Ce résultat a ouvert la voie à Steven Erdelyi pour continuer à travailler sur les améliorations du district quatre et de Côte Saint-Luc dans son ensemble.

Depuis 2013, Steven Erdelyi a travaillé comme directeur, puis directeur de l’école Solomon Schechter Academy après avoir été directeur de l’école Hampstead et directeur adjoint de l’école secondaire Westmount. Auparavant, il était chef du département des sciences de la Marymount Academy où il a enseigné les mathématiques et les sciences pendant six ans. Il a servi la communauté anglophone du Québec pendant de nombreuses années en tant que membre du conseil d’administration provincial d’Alliance Québec et vice-président de la Commission jeunesse d’Alliance Québec. Erdelyi a également travaillé comme coordonnateur de projet pour Alliance Québec, où il a réussi à faire du lobbying pour l’amélioration des services en anglais pour les résidents de la région de Montréal.

Erdelyi, qui a travaillé en étroite collaboration avec l’ancien maire et député Anthony Housefather, le maire Mitchell Brownstein et les conseillers Glenn J. Nashen, et Ruth Kovac, a joué un rôle essentiel au sein du Comité de défusion de Côte Saint-Luc. Pendant la campagne de défusion, il a concentré une grande partie de ses efforts sur le district quatre.

Erdelyi est également connu pour avoir cofondé MATCH-LQ, un groupe d’action politique visant à encourager les jeunes à rester au Québec. Pendant ses jours à l’Université McGill, il a été un représentant actif au sein du Conseil étudiant où il a lancé un fonds d’amélioration des bibliothèques qui a amassé plus de 10 millions de dollars. Dans le passé, il a coprésidé un comité de collecte de fonds au Saidye Bronfman Center for the Arts et a été membre de la Young Leadership Israel Advocacy Initiative.

Erdelyi a siégé pendant deux ans au conseil d’administration de La Symbiose, un groupe à but non lucratif visant à aider les nouveaux immigrants de la région à s’adapter à la vie au Canada. Il a été membre du conseil d’administration du Fonds des maladies héréditaires juives de Montréal, dont l’objectif est de sensibiliser et de promouvoir le dépistage des maladies génétiques courantes. Il a été membre du conseil d’administration du Comité Québec-Israël, puis a siégé au conseil d’administration du successeur de l’organisation, le Centre des affaires israéliennes et juives – Québec.

Erdelyi est diplômé de l’Université Queen’s avec un B.Ed. et l’Université McGill avec un B.Sc. en Biochimie. Il a complété un diplôme d’études supérieures en leadership éducatif à l’Université McGill et travaille sur un diplôme supplémentaire dans le même domaine. Il parle couramment l’anglais, le français et l’hébreu et en partie le japonais. En 2007, lui et sa femme, Randi Berman, ont accueilli la naissance de leur fils, Matthew Harry Erdelyi, et en 2009, la naissance de leur fille, Bailey Leah Erdelyi.

Pour plus d’informations sur Steven Erdelyi, visitez : https://www.serdelyi.com/

F

1873-1962

Né en 1873 à Dunvegan, en Ontario, Donald Fletcher est arrivé au Québec très jeune et a vécu près de la moitié de sa vie à Côte Saint-Luc, au 241 avenue Wolseley. Il était l’un des habitants pionniers de la paroisse de Côte Saint-Luc, au 5618 avenue Wolseley, et a aidé la communauté à se transformer en ville à part entière. Il a été membre du comité consultatif du maire de l’époque, J. Adalbert Paris, créé en 1953 et est resté membre jusqu’en 1958. Il a été conseiller pendant dix ans, de 1929 à 1939, et fut élu maire de Côte Saint-Luc de 1939 à 1951.

Ingénieur de profession, le maire Fletcher avait un vif intérêt pour les règlements de construction et l’inspection des bâtiments. Il a aidé à élaborer un plan de séparation des maisons unifamiliales et des zones industrielles de la municipalité. Son encouragement constant pour les constructeurs et les restrictions de zonage ont suscité l’intérêt pour les habitations unifamiliales et ont créé la croissance ultérieure de la ville.

Fletcher était un ancien du United Church de Montréal-Ouest et en a été le trésorier pendant 20 ans. Il est décédé en 1962, à l’âge de 88 ans. Il a laissé derrière lui son épouse, Alice Smith (Agnes) Miller et ses deux filles, Grace et Jean Fletcher.

G

Sam Goldbloom

Sam Goldbloom a été conseiller municipal de la Ville de Côte Saint-Luc (district 1) de 2009 à 2017. Au cours de son premier mandat, il a occupé les portefeuilles de la circulation, des seniors et de la légion canadienne. De 2009 à 2013, il a supervisé la bibliothèque et la culture tout en coprésidant le Golf Classic, la soirée d’appréciation des bénévoles, Maisons Fleuries, la dégustation de vins et la fête du Canada.

Sam Goldbloom a aidé à sauver les Services médicaux d’urgence (SMU), qui risquaient de s’éteindre, et est maintenant établi comme un service permanent pour tous les résidents de Côte Saint-Luc. Il a aidé à retrouver le droit de gérer les artères-Cavendish Blvd. et le chemin Côte Saint-Luc, de taxer au niveau local, et de gérer la ville comme une entreprise prospère offrant à nos résidents des services supérieurs au moindre coût, tout en ne négligeant pas le volet qualité de vie.

Il a aidé à négocier une entente avec Montréal pour repaver l’avenue Macdonald (moitié Montréal et moitié Côte Saint-Luc) entre Dupuis et Queen Mary. Il a étendu les mesures d’apaisement de la circulation pour maximiser la sécurité routière sur les rues Tommy Douglas et David Lewis. Il a veillé à ce que les bénévoles de la patrouille qui servent d’yeux et d’oreilles à la sécurité publique et aux forces de police augmentent leurs patrouilles dans le district 1. Il a présidé le tournoi de golf annuel des aînés et notre concert-bénéfice Joseph Milo au profit du comité des chats qui fournit un sauvetage sans cruauté des chats sans abri en les piégeant, en les stérilisant et soit en les relâchant ou en leur offrant un foyer aimant. Il est membre du comité consultatif d’urbanisme qui examine les demandes de permis de construction et de rénovation.

Dans les mandats précédents, il était responsable des portefeuilles de la circulation, des personnes âgées, de la filiale locale de la Légion royale canadienne et de notre bibliothèque primée qui est ouverte 7 jours sur 7, 365 jours par an. Il a également coprésidé les événements de la Fête du Canada, de Maison Fleuries et de la Journée des bénévoles. Il a soutenu la Côte Saint-Luc Dramatic Society, acclamée par la critique, et a été l’un des interprètes vedettes de 5 productions.

Pour plus d’informations sur Sam Goldbloom, visitez : https://samgoldbloom.ca/

1937-2017

Harold Greenspon est né en 1937 à Ottawa, en Ontario. Sa famille a déménagé à Montréal quand il avait deux ans. À l’âge de 12 ans, son père est décédé subitement. Son frère aîné Mort, 16 ans, a quitté l’école pour diriger l’entreprise familiale. Harold finit par obtenir un emploi à temps partiel à l’épicerie Steinberg pour contribuer à sa famille.

Greenspon a commencé ses études à l’Université McGill, obtenant un baccalauréat en commerce en 1958 et devenant comptable agréé deux ans plus tard, avec la deuxième note la plus élevée au Québec. Peu de temps après, il a accepté l’occasion de donner des conférences à McGill, et il l’a fait pendant les 45 prochaines années. Il a remporté la médaille d’argent du lieutenant-gouverneur et a été associé dans un cabinet d’experts-comptables pendant 14 ans. Il a été entraîneur de hockey à CSL et a organisé le Sports Celebrity Breakfast sous les auspices du Cummings Centre for Jewish Seniors, dont il était devenu vice-président. Il a épousé Malvina Niederhoffer et a eu deux enfants, Donna et Neil.

Après le décès du conseiller Irving Singerman en mars 1975, Harold Greenspon s’est présenté comme conseiller pour occuper son siège (siège 3) contre Mary Goodman. Il a été élu le 19 mai 1975 à l’âge de 37 ans. Lors de sa campagne électorale, il a souligné l’importance de son peuple, des loisirs et des parcs, et des réunions publiques du conseil (comme le prescrit la loi, article 349 de la Loi sur les cités et villes). À ce titre, il visait à amener l’hôtel de ville aux citoyens pour une plus grande participation, à améliorer les loisirs et les parcs et à impliquer les citoyens dans les affaires communautaires. Il s’est efforcé d’obtenir des temps de réponse rapides aux demandes des citoyens, a assuré la qualité résidentielle de CSL, associée à une planification et à des modèles de circulation judicieux.

On peut lui faire confiance pour un examen budgétaire professionnel, négocier pour de meilleurs résultats, avoir des priorités de dépenses raisonnables et assurer la pleine valeur des dollars dépensés (Monitor, 23 avril 1975). Harold Greenspon est devenu maire suppléant après le décès de Samuel Moskovitch le 26 mai 1976. En 2009, il a reçu le Prix socioculturel, qui reconnaît un bénévole pour sa contribution exceptionnelle aux programmes socioculturels des parcs et loisirs.

Harold Greenspon est décédé le jeudi 30 mars 2017, des suites de la maladie de Parkinson. Lors de ses funérailles, l’actuel maire de CSL, Mitchell Brownstein, l’appelait le « doyen du conseil » et se tournait souvent vers lui pour obtenir des conseils en tant que jeune conseiller. Aujourd’hui, l’auditorium de l’hôtel de ville de Côte Saint-Luc porte son nom, ainsi qu’un parc municipal.

H

1931-2002

Eric Sydney Helfield est né le 11 mars 1931 à Montréal, Québec. Il est diplômé de la Jewish People’s Schools et de la Strathcona Academy. Il a obtenu un baccalauréat ès arts et un baccalauréat en Common Law de l’Université McGill, devenant avocat d’affaires et avocat de première instance dans la province. Il a été résident de Côte Saint-Luc de 1958 jusqu’à sa mort. Il a épousé Tilya Gallay et était le père de trois filles, Marie Helfield (Neil Finkelstein), la Dre Gillian Helfield (Eric Klein) et la Dre Randa Helfield (Dr Scott Sebastien), ainsi qu’un fils, le Dr James Helfield .

Eric Helfield a été membre actif du Comité citoyen, organisé pour promouvoir la construction de l’aréna de Côte Saint-Luc. Il a été président du comité des loisirs de Côte Saint-Luc, au sein duquel il a siégé pendant quatre ans. Il est l’ancien président du Côte Saint-Luc Lodge Bnai Brith et membre de St. George’s Mason Lodge. Il était un amateur actif dans le sport, a joué au hockey et au basketball et a lancé les clubs de baseball masculin senior et junior des YMH dans la Ligue de Atwater. Il a été président de la Little League Baseball de CSL, ainsi que conseiller juridique de la CSL Slo Pitch Association.

Eric Helfield a été élu conseiller en 1976, présidant le siège 5, lorsque Bernard Lang est devenu maire (suite au décès soudain de Samuel Moskovitch). Helfield était connu pour sa commandite du premier règlement antitabac à Côte Saint-Luc. En avril 1985, le conseiller Helfield a déclaré que son règlement « produira un air plus pur à respirer, améliorera notre communauté et invitera les jeunes familles à déménager parmi nous ». Il a également préconisé un meilleur accès aux parcs et terrains de jeux, plus de pistes cyclables et de jogging, une utilisation récréative des installations scolaires, une plus grande importance accordée à l’enseignement des habiletés sportives et une plus grande participation des familles aux sports.

Il a été directeur fondateur et ancien conseiller juridique de la piscine communautaire de Côte Saint-Luc. Il a également été le directeur fondateur de l’Association des loisirs de CSL. Il est devenu un partisan actif des aînés de Côte Saint-Luc. Dans les années 1980, il a joué un rôle important dans la proposition du plan de construction conjoint du complexe de la bibliothèque et de l’hôtel de ville. Il a été l’agent de liaison du conseil municipal avec le Conseil des loisirs communautaires et l’Organisation des mesures d’urgence de la ville. Il est resté au conseil municipal jusqu’en 1989.

Eric Helfield est décédé le 3 octobre 2002 à l’âge de 71 ans. Le parc Eric Helfield lui a par la suite été dédié.

1922-1985

Ronald Edward Hindle est né le 27 juin 1922 à Montréal, Québec. Sa mère était Elsie Hindle et son père était Thomas Hindle. Il avait deux frères : Wilfred et Albert. Il a déménagé à Côte Saint-Luc en 1954 et a consacré la majeure partie de son temps libre à sa communauté. Il habitait au 164, avenue Wolseley et est répertorié comme directeur des ventes (1968).

Ron Hindle a été élu au conseil en 1954. Président de la Wentworth Homeowner’s Association, il a aidé à établir Wentworth Park et a travaillé à son agrandissement et à l’installation d’un terrain de football. Il a été constamment actif au nom du baseball, du football et du hockey pour enfants, c’est pourquoi il est devenu président du comité des loisirs civiques. Il était responsable des services de police et d’incendie, a été président des finances et a été reconnu comme une autorité exceptionnelle sur les questions civiques et financières. Enfin, Hindle a appuyé le développement de la région de Cavendish.

Sa femme, Joyce Hindle, était également active dans les activités de la communauté et de l’église et ils sont les fiers parents de trois beaux fils (Westward News, 23 avril 1964).

Ron Hindle a démissionné de son siège (siège 3) en 1964 en raison de la pression des affaires et a été remplacé par Irving Singerman. Il est décédé le 2 avril 1985 à l’âge de 62 ans.

Anthony Housefather est né à Montréal et est issu d’une famille juive. Il a fréquenté l’école secondaire Herzliah et parle couramment l’hébreu. Il a obtenu deux diplômes en droit (B.C.L. et LL.B.) de l’Université McGill et une maîtrise en administration des affaires de la John Molson School of Business de l’Université Concordia.

Le 7 novembre 2005, Anthony Housefather a été élu maire de la ville reconstituée de Côte Saint-Luc. Il a remporté l’élection avec 75% des voix, l’ancien maire Bernard Lang, 14% des voix et un troisième opposant recevant 10% des voix.

Housefather était un maire très populaire et très respecté. Il a été réélu par acclamation pour un second mandat de maire de Côte Saint-Luc le 2 octobre 2009, avant le vote du 1er novembre 2009. Il a de nouveau été élu par acclamation le 4 octobre 2013, avant le vote du 4 novembre 2013.

En tant que maire, Housefather était très impliqué dans les questions provinciales et locales. Il a mené la bataille des municipalités bilingues contre le projet de loi 14 du gouvernement du Parti québécois, qui aurait notamment privé de nombreuses municipalités du Québec au statut de bilingues. Il a rédigé et présenté un mémoire avec le maire de la Ville de Mont-Royal, Philippe Roy, à l’Assemblée nationale du Québec sur le projet de loi n°14 le 11 mars 2013.

Il a également tenu un rassemblement à la mairie de Côte Saint-Luc sur la tolérance religieuse et a dirigé l’opposition à la Charte des valeurs du PQ, qui visait à interdire à tout employé de porter un équipement religieux dans les écoles, les hôpitaux, les municipalités et le gouvernement provincial. Ces deux projets de loi ont été abandonnées.

Au cours des années où Côte Saint-Luc appartenait à Montréal, la mégapole a signé une convention collective donnant aux pompiers le monopole de la première intervention, ce qui a mis le service de mesures d’urgence de Côte Saint-Luc sur le point de disparaître. Grâce à l’aide du député D’Arcy-McGee, Lawrence Bergman, Housefather a pu convaincre le gouvernement du Québec d’ajouter une disposition au projet de loi 22 afin de permettre à Côte Saint-Luc d’exploiter son service de premier répondant de façon permanente. Housefather a également pu travailler avec d’autres maires pour sauver un poste de police local et convaincre l’agglomération de Montréal d’adopter une résolution allouant 44 millions de dollars à l’extension de Cavendish. Il a également travaillé avec la conseillère Dida Berku et des groupes environnementaux pour aider à préserver le terrain de golf Meadowbrook en tant qu’espace vert.

Au niveau local, Housefather et son conseil étaient considérés comme l’un des conseils les plus novateurs au Québec. Côte Saint-Luc a construit un centre aquatique et communautaire de 18 millions de dollars dans les délais et dans les limites du budget imparti, et a mis au point l’un des principaux programmes aquatiques de Montréal. Sous l’administration de Housefather, Côte Saint-Luc a été la première ville de l’île de Montréal à lancer un programme de compostage pour toutes les maisons unifamiliales, la première à lancer une politique alimentaire et à lancer un marché de producteurs et des jardins communautaires. L’âge médian des habitants de la ville de Côte Saint-Luc a été réduit de sept ans, alors que la communauté développait des programmes de grande qualité destinés aux enfants et aux jeunes adultes, ainsi que des maisons en rangée et autres logements favorables aux jeunes familles.

J

K

1916-1979

William E. Kesler est né en 1916 à Montréal, Québec. Alors qu’il était étudiant à l’école secondaire, il a commencé à travailler comme agent de bureau dans le cabinet d’avocats de l’ancien maire Samuel Moscovitch, où il a reçu une grande partie de sa formation juridique non officielle. De nombreuses années plus tard, lui et Sam Moscovitch ont présenté le même ticket de réforme pour le conseil municipal de Côte Saint-Luc et après de nombreuses années de service, n’a pas abouti.

Kesler avait un dossier de guerre distingué, servant à la fois dans les campagnes siciliennes et italiennes avec le Génie royal canadien. Il a été grièvement blessé en tentant de nettoyer un champ de mines lorsqu’une mine a explosé. Ses camarades assistant à l’opération ont tous été tués (Monitor, mercredi 5 septembre 1979).

Il épousa Ethel Leikin et eut trois fils : Ivan, Ricky, Stephen, ainsi qu’une belle-fille Lily.

Dans les années 1950, il a assumé la distribution des appareils auditifs Maico au Québec et a tissé des liens étroits avec des hôpitaux et des établissements d’enseignement pour mal-entendants, partout au Canada et aux États-Unis (Suburban, 5 septembre 1979).

En 1962, Sophie Wollock, ancienne éditrice du Suburban, qui avait mis au jour le scandale d’une transaction foncière, convoqua une réunion publique à la Westminster School, invitant tous les résidents de CSL qui s’intéressaient à l’avenir de leur ville. Bien que les Kesler aient prévu d’autres choses ce soir-là, Bill a décidé d’aller à la réunion. Il y a exprimé ses sentiments sur l’importance de la participation des citoyens et de leur implication dans la communauté dans laquelle ils vivent. On lui a immédiatement demandé de devenir secrétaire de la Ratepayers Association (Suburban, 5 septembre 1979). En 1963, en tant que membre fondateur de la Ratepayers Association, Kesler a attiré l’attention du public lorsqu’il s’est opposé à une transaction foncière par laquelle le terrain du l’école secondaire Wagar a été acheté et vendu 24h plus tard à une augmentation astronomique du prix (Monitor mercredi 5 septembre 1979) .

Par la suite, plusieurs personnes ont appelé et lui ont demandé s’il se présenterait au conseil. Il s’agissait d’un cas authentique d’un homme répondant à la pression du public pour se présenter aux élections. Il a fait campagne vigoureusement et a réussi à obtenir le siège 4 en 1963, qu’il a occupé jusqu’à sa mort (Suburban, 5 septembre 1979). Sa campagne était basée sur la mise en œuvre de toute mesure visant à améliorer l’efficacité et les économies d’impôt pour les contribuables. Il a contribué à ce que la ville crée son propre service d’évaluation fiscale et un système de contrôle des actions de toutes les pièces achetées par la ville pour son garage. Il a également appelé à la nomination d’un directeur général conformément aux souhaits des contribuables. Il était également un ardent défenseur contre le rezonage ponctuel.

« Bill était catégorique dans sa conviction qu’un élu est responsable devant ses électeurs. Généreux, sans fanfare avec son propre argent, il a regardé le budget de la ville comme un faucon proverbial. Il n’avait pas peur d’engager une action ou de prendre une position impopulaire s’il estimait qu’il était dans l’intérêt supérieur de sa communauté de le faire. Fédéraliste passionné, Kesler s’est fortement opposé aux projets de loi 22 et 101 (The Monitor, mercredi 5 septembre 1979).

The Monitor le qualifie de « l’un des hommes politiques les plus controversés de l’histoire de la municipalité ». Il aurait été le fléau des développeurs, n’ayant aucune patience avec eux lorsqu’on lui présentait leurs plans. Kesler ne s’est jamais détourné face à la controverse, comme ce fut le cas lorsqu’il s’est opposé à la construction du passage souterrain de Cavendish. Beaucoup pensaient que si vous vouliez faire quelque chose, Bill Kesler serait celui à appeler. En fait, ses concitoyens l’appelaient constamment pour obtenir des conseils sur des questions municipales. Il était même connu pour s’aventurer dans les tempêtes de neige et les urgences (Monitor, mercredi 5 septembre 1979).

Bill Kesler est décédé le dimanche 2 septembre 1979 à l’hôpital Royal Victoria des suites d’une longue maladie à l’âge de 63 ans. Aujourd’hui, le trophée commémoratif William E. Kesler reconnaît un bénévole pour sa contribution exceptionnelle aux programmes d’événements spéciaux de Parcs et loisirs de Côte Saint-Luc.

1893-1980

Edward J. Kirwan est né à Montréal en 1893. Il a fait ses études primaires et secondaires au Collège Notre-Dame, faisant la connaissance de Maurice Duplessis, l’ancien premier ministre du Québec. Il s’installe à Côte Saint-Luc en 1923 avec son épouse Micky sur l’avenue Wolseley. Il a construit sa maison à 80 ans. Ils ont eu un fils, Jerry. Il a commencé sa carrière en travaillant dans une banque. À partir de ce moment, il est passé au poste de secrétaire, puis de surintendant à l’aqueduc de Montréal. Après la Première Guerre mondiale, il a organisé sa propre entreprise de camionnage (Montreal Star, 25 avril 1968). Il a commencé avec un camion, mais l’entreprise a commencé à croître rapidement jusqu’à ce qu’en 1959, il comptait 18 camions et 28 employés.

Il a été élu pour la première fois au conseil municipal en 1923 et a servi la ville pendant plus de 40 ans, la regardant passer d’un village rural à une municipalité florissante. Il est connu pour avoir été l’un des conseillers les plus réputés de la ville et est souvent désigné comme l’un des « pères fondateurs » de Côte Saint-Luc (Suburban, 23 décembre 1980). Il a siégé au Conseil de 1923 à 1938, de 1944 à 1955 et de 1959 à 1974. L’une des raisons pour lesquelles on lui a demandé d’être conseiller municipal était qu’il était bilingue. Depuis ses origines en 1903, toutes les affaires du conseil municipal se faisaient en français. Le maire et les échevins de l’époque étaient des agriculteurs français, qui parlaient peu ou pas anglais. Si une question était posée lors d’une réunion du conseil en anglais, elle ne pouvait pas être comprise, et encore moins répondue. Ed Kirwan a fait ses études en français au Collège Notre Dame. L’échevin Cousineau, Prud’homme, Dion et Lemieux ont tous dit « Nous avons besoin d’un tit gar comme Ed. ». Il est devenu le premier échevin parfaitement à l’aise dans les deux langues.

Gérard Cloutier et Ed Kirwan ont fondé la Force policière de Côte Saint-Luc au début des années 1930. Les maires sous lesquels il a servi sont Pierre Lemieux, Fred Lamont, Don Fletcher, Jack Fyon, Adalbert Paris et enfin Samuel Moskovitch. Selon le maire Bernard Lang, qui a pris la parole lors de la cérémonie funéraire de M. Kirwan, il avait travaillé dur pour le service des parcs et loisirs de la ville, étant connu sous le nom de « M. Des loisirs.” Il était très impliqué dans la promotion du sport en parrainant des équipes au sein de la communauté. Lui et son épouse Mickey et son fils Jerry participaientt à tous les événements à Côte Saint-Luc.

Jeune homme, Kirwan excellait dans le hockey, le baseball, le patinage de vitesse et l’équitation. Il a lancé pour les Old Cecil Hart Stars, une équipe de baseball semi-professionnelle. Sa réputation de gaucher est venue tôt dans la vie et sa maison était remplie de trophées et de souvenirs remportés en compétition. Responsable des loisirs dans la ville, il a souvent parrainé et payé des équipes de baseball et de hockey dans les ligues de la ville. Il a parrainé les Golden Boys en balle lente, les Yankees dans la Petite Ligue et a acheté des chandails pour les équipes de hockey Pee-Wee, Mosquito et Bantam. Toute équipe de softball ayant besoin d’équipement faisait appel à « M. Ed », comme on l’appelait à l’époque. Le groupe féminin de balles lentes dépendait également d’Ed pour les pulls et les gants. En 1963, Côte Saint-Luc a été la première équipe canadienne de balle lente à participer à un tournoi mondial et l’équipe était parrainée par Ed Kirwan. Il est également responsable de la construction de 12 patinoires à travers CSL. En hiver, M. Kirwan a aidé son équipe de cols bleus à nettoyer les patinoires afin que les enfants aient un endroit pour jouer. Son fils, Jerry, mentionne qu’il a toujours eu plaisir à voir des jeunes utiliser les installations pour faire du sport, au lieu de « traîner » au coin des rues ou des parcs.

Kirwan est décédé en 1980, à l’âge de 88 ans. Le parc Kirwan, anciennement le parc Wentworth, qui est le plus vieux parc de Côte Saint-Luc, a été renommé en son honneur en 1976. Le parc compte 3 terrains de baseball, 2 terrains de basketball, un pique-nique et des pistes de jogging, et est la plus ancienne plaque tournante majeure de la ville pour les sports organisés. Le chemin Kirwan porte également le nom du défunt conseiller. Aujourd’hui, le prix Edward J. Kirwan honore le bénévole de l’année pour sa contribution exceptionnelle aux parcs et aux programmes de loisirs de la communauté.

L

Mayor Fred D. Lamont
1893-1969

Frederick David Lamont est né en 1893 à l’Église Presbytérienne de la rue Stanley à Montréal. Il a épousé Edith Norval May Mcenzies en 1928 dans la même église. Tout au long de sa vie, Lamont a travaillé comme secrétaire et trésorier pour diverses sociétés minières, ainsi que comme gestionnaire pour des sociétés d’investissement. De 1929 à 1937, il était conseiller municipal à Côte Saint-Luc sous la direction du maire Pierre Lemieux. Il a été élu maire en 1938 pour une période d’un an. Il a démissionné en 1939 et a été suivi par le maire Donald Fletcher.

En 1930, il était directeur de la Canadian Stockholders Investment Corporation. En 1937, il devint secrétaire et trésorier d’une société minière appelée Inspiration Mining and Development. En 1938, alors qu’il était maire, il devint chef de département pour Nesbitt Thomson & Co., une ancienne société de courtage en valeurs mobilières, et vivait au 719 Hudson Street à Côte Saint-Luc. En 1941, il était secrétaire et trésorier des mines Parron Gold. En 1945, il devint secrétaire de la Ville et du district de Montréal, poste qu’il occupa jusque dans les années 1950. Entre 1947 et 1948, il est également nommé secrétaire de Côte Saint-Luc.

Lamont est décédé en 1969 à Pinellas, en Floride, à l’âge de 76 ans.

Mayor Bernard Lang
1925-2014

Bernard Lang est né en 1925 et a fait ses études à Montréal. Il a obtenu deux diplômes en Ingénierie de l’Université McGill. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a interrompu ses études pour servir dans l’armée canadienne, au Canada et en Europe. Après avoir obtenu son diplôme, il s’est joint à Rolls Royce of Canada, où il a accédé au poste d’ingénieur en chef. Par la suite, Lang a dirigé sa propre entreprise dans le domaine de la climatisation et de la conservation de l’énergie.

Il est venu à Côte Saint-Luc en 1955 avec son épouse Miriam. Il est devenu le fondateur et président de l‘Association des Piscines Communautaires de Côte Saint-Luc, un organisme à but non-lucratif servant plus de 500 familles de Côte Saint-Luc. C’est l’achèvement réussi d’une piscine communautaire, en 1962, sous la présidence de Lang, qui a poussé un certain nombre de résidents de Côte Saint-Luc à le persuader de se faire élire conseiller municipal en mai 1963. Il a été élu par acclamation à six élections consécutives. Il a été élu maire de Côte Saint-Luc pendant 13 ans jusqu’en 1976 et a reçu 2481 voix contre son unique opposition, Horace Friedman, qui en a reçu que 1944.

Outre ses fonctions au conseil municipal, il a occupé de nombreux postes de direction dans un large éventail d’organisations et d’activités, notamment le Camp B’nai Brith, l’Hôpital Général Juif, le State of Israel Bonds, le Allied Jewish Community Services, le Congrès Juif, et le Club de Montefiore. Il est ancien président de la congrégation de Beth Zion et de l’Hôpital Maimonides. En 1968, il reçoit la Médaille de la Liberté pour Israël, la Médaille du Jubilé de la Reine en 1977, la Médaille de Commémoration du 125e anniversaire en 1993 et ??en 1996, le Prix de Jérusalem. Bernard Lang a été honoré en 1986 du Dîner Néguev de Montréal et figure dans la liste des personnalités du monde juif.

En 1985, Lang a été élu président de la Conférence des Maires de Banlieue et réélu en 1986, 1987 et en 1988. Il a siégé au conseil d’administration de la Fédération Canadienne des Municipalités pendant 10 ans et a été membre de la Commission Permanente de l’Environnement.

Sa passion pour la Ville de Côte Saint-Luc était implacable. Il a été le fer de lance de l’aménagement de magnifiques parcs, a préconisé la construction de la piscine municipale et a proposé la création de la bibliothèque de Côte Saint-Luc. Son credo était «un service d’embellissement et un coût raisonnable». Il a pris sa retraite de la politique municipale en 1998 et compte 35 années de service dévoué, loyal, infatigable et exemplaire à Côte Saint-Luc. Pour rendre hommage à cet héritage, le complexe de l’hôtel de ville et de la bibliothèque de Côte Saint-Luc ont été baptisés le Centre Civique Bernard Lang.

Bernard Lang est décédé le 12 juin 2014 à l’âge de 88 ans.

Joseph Raoul Henri Léger a été conseiller municipal de Côte Saint-Luc de 1939 à 1942. Il a travaillé pour les Sulpiciens pendant 44 ans et était directeur général du Grand Séminaire de Montréal sur Sherbrooke près d’Atwater. Touche-à-tout, M. Léger a également travaillé comme vendeur d’assurances, menuisier, électricien, plombier, constructeur et enfin comme conseiller municipal au début des années 1950. Il a été membre du Conseil de santé de la Ville de Côte Saint-Luc. Il a siégé à la Commission scolaire de Côte Saint-Luc de 1935 à 1959 et a été président de 1952 à 1959. Pendant ce temps, il a joué un rôle déterminant dans la construction de l’école Côte Saint-Luc sur le chemin Côte Saint-Luc près de Sunnybrooke. Il a également été l’un des fondateurs de la paroisse St. Richard. Henri Léger était un homme religieux et familial dont la générosité était légendaire à Côte Saint-Luc. Il était cousin de Son Éminence le Cardinal Paul-Emile Léger (1904-1991).

En 1927, Henri Léger achète l’ancienne église sulpicienne en pierre de 1845 appelée Chapelle de la Côte Saint-Luc au coin du chemin King Edward et de la Côte Saint-Luc, portant le numéro civique 6767. Cette chapelle a été construite en 1845, lorsque les citoyens de Côte Saint-Luc ont décidé de demander sa propre chapelle. En fait, ce n’est qu’en 1847 que les gens de Côte-des-Neiges suivirent leur exemple, et en 1849 que les gens de Coteau Saint-Pierre (aujourd’hui Notre-Dame-de-Grâce) décidèrent de construire l’église Notre-Dame- Église de la Grâce. À cette époque, Côte Saint-Luc avait déjà sa chapelle et la première messe y fut célébrée en 1848.

Lorsque Henri Léger acheta l’ancienne église sulpicienne en pierre de 1845, elle était extrêmement délabrée. Léger le croyait abandonné, mais il y avait en fait la famille Goyer qui y habitait, ayant adopté le bâtiment abandonné comme le leur. Léger et sa famille n’ont emménagé qu’en 1928, car il n’y avait pas de fournaise. Mme Léger note : « J’ai été étonnée de trouver le sous-sol avec trois couches de bois et aussi de trouver des murs de plus de deux pieds et demi d’épaisseur. Elle a également rappelé que l’église avait une capacité de 75 places assises.

M. Léger a ajouté quatre appartements à l’arrière de l’immeuble que plus tard, ses enfants majeurs ont occupés avec leurs conjoints. L’intérieur de l’église a été équipé de bois exquis importé de Colombie, qui a ensuite été verni pour une finition très riche. On a découvert qu’il fallait encore plus d’espace de vie, alors M. Léger a construit une autre maison sur King Edward attachée à l’arrière des appartements.

Dans la cour arrière, Mme Léger gardait un potager ainsi qu’une vache et plusieurs poules, dont elle vendait quotidiennement des œufs frais. Un garage a été construit sur le côté du bâtiment pour abriter la voiture familiale et les deux chevaux du médecin local.

Au début des années 1930, Mme Léger a ouvert une épicerie générale et un bureau de poste au rez-de-chaussée – et juste à l’extérieur se trouvaient la première et les deux seules pompes à essence de Côte Saint-Luc. Le magasin était célèbre pour son grand rayon de bonbons et il abritait le seul casse-croûte du village où les gens se réunissaient après l’église. Ce lieu est devenu un point de rencontre populaire, jouant aux cartes, discutant affaires, attendant les résultats des élections, etc.

Vers 1943, le magasin a été loué à un parent, Armand Roy, qui a tenu un restaurant appelé Armand Restaurant pendant plusieurs années. Il a été vendu à M. Papineau, qui l’a dirigé pendant quelques années avant d’être acheté par Johnny Palladini en 1955 qui a dirigé King Edward Provisions pendant 8,5 ans. Au début, il dirigeait un petit casse-croûte/restaurant qui comprenait deux flippers et deux machines à sous. Ces machines ont par la suite été retirées à l’insistance du conseil municipal de Côte Saint-Luc et de la Ville de Montréal. À la fin des années 1950, M. Palladini a pu acquérir la première licence de bière de Côte Saint-Luc, et le casse-croûte est devenu une épicerie avec un grand rayon de bonbons. À l’exception de Galardo’s, M. Palladini a longtemps eu le seul magasin à Côte Saint-Luc.

À la fin des années 1950, le garage que M. Léger avait construit pour sa voiture a été réaménagé pour abriter deux autres entreprises, Côte Saint-Luc Plomberie, propriété de Marcel Roy, le gendre de M. Léger, et une cordonnerie, propriété de Johnny Pace. En 1957, l’année même de son ouverture, la cordonnerie est vendue à Antonio Pulice, qui restera à cet endroit jusqu’en 1963, date à laquelle il déménage de l’autre côté de la rue sur le chemin de la Côte Saint-Luc. M. Léger a vendu l’immeuble en 1964 à Les Habitations Lévesque Inc. Peu de temps après, l’immeuble a été revendu et les locataires ont tous été contraints de quitter. M. Palladini a été le dernier à déménager en octobre 1964 et le bâtiment a été démoli deux semaines plus tard. La place Saint-Patrick a ensuite été construite sur ce même coin.

Mayor Pierre Lemieux
1865-1941

Pierre Lemieux est né en 1865. Son père était aussi Pierre, né en 1827, et sa mère était Sophie Prud’homme, née en 1834, fille d’Eustache Prud’homme (oncle de Luc Prud’Homme, premier Maire de la Côte Saint-Luc). Son grand-père était Pascal Lemieux et sa grand-mère était Thérèse Durand (Desmarchais). Son arrière-grand-père était aussi Pierre, probablement le premier Lemieux à avoir une ferme à Côte Saint-Luc.

Le maire Pierre Lemieux a épousé Marie Prud’homme en 1890, fille de Luc Prud’homme et de Julie Senecal. Il a eu deux fils: Auguste et Léopold. Auguste est né en 1892 et Léopold est né en 1893. Pierre Lemieux a été conseiller à Côte Saint-Luc de 1903 à 1904, puis de 1909 à 1911. Il est devenu maire de 1905 à 1909 et de 1912 à 1938. Il a démissionné en raison de problèmes de santé et est décédé en 1941.

Terres agricoles de la famille Lemieux – années 1930

Pierre Lemieux aurait été l’un des hommes les plus grands de son temps à Montréal, mesurant 6 pieds et 7 pouces (Le Devoir, 20 septembre 1912).

Jusqu’en 1964, l’hôtel de ville était logé dans l’ancienne demeure de Pierre Lemieux, qui est maintenant située au 8100, chemin de la Côte Saint-Luc. La maison a été construite en 1927 et vendue au village de Côte Saint-Luc par son fils, Léopold Lemieux, en 1946. Elle a été utilisée en tant qu’hôtel-de-ville jusqu’en 1964, date à laquelle l’hôtel-de-ville a été transféré dans le bâtiment de l’École PXI (situé au 594 Westminster). La famille Lemieux était propriétaire du terrain qui bordait Westluke et Wolseley et qui courait du nord au sud presque jusqu’aux voies du CP depuis le milieu des années 1700. Auparavant, il n’y avait pas d’hôtel-de-ville officiel et les réunions du conseil se sont tenues dans la vieille église en pierre au coin des rues King Edward et Côte Saint-Luc.

Maison des Lemieux, qui est devenu l’hôtel de ville de Côte Saint-Luc

Pour plus d’informations sur la généalogie de la famille Lemieux, visitez :
 http://lequebecunehistoiredefamille.com/capsule/lemieux/genealogie
http://familles-lemieux.org/genealogie-et-histoire/les-cousins-pierre-et-gabriel/
https://www.erudit.org/fr/revues/cd/1995-n42-cd1041706/8758ac.pdf

Hazel Lipes a été la première femme à être élue au conseil de Côte Saint-Luc. Elle a obtenu un baccalauréat ès arts et une maîtrise ès arts en travail social à l’Université McGill. Elle a également obtenu un diplôme de l’Institut de psychiatrie communautaire et familiale, la qualifiant pour la consultation communautaire en santé mentale. Elle a travaillé comme intervenante en psychiatrie à l’Hôpital général juif et a joué un rôle actif à la Clinique jeunesse de Côte Saint-Luc. Elle était l’innovatrice et la coordonnatrice du « People’s Place », un service de ressources communautaires. Elle a également étudié l’architecture auprès de Frank Lloyd Wright dans le Wisconsin. Elle était membre de la synagogue Beth Zion et membre du conseil d’administration de la Fédération des femmes des services communautaires juifs alliés. Elle a été membre de la Corporation des travailleurs sociaux professionnels, conseillère à la Ligue juive pour le bien-être junior et vice-présidente de l’Association québécoise des conseillers en santé mentale. Elle a fait partie du groupe de travail sur les problèmes communautaires de la région de Côte-des-Neiges. Fière mère de quatre enfants, on disait qu’elle était une conférencière stimulante et bien informée.

En 1974, avec Pearl Bierbrier, elle est devenue l’une des deux premières femmes à se porter candidate au conseil de la ville de Côte Saint-Luc. Elle a concouru pour le siège 1, contre Pearl Bierbrier et Alan Stein. Sa campagne, avec le slogan « Parce qu’il est temps pour les gens », promettait d’améliorer les services civiques sans augmenter le fardeau fiscal et de rationaliser l’utilisation des installations récréatives existantes et d’effectuer une planification à long terme des espaces verts. Elle croyait nécessaire de répondre aux besoins des personnes âgées et de coordonner le programme jeunesse et services sociaux existants. Elle s’est battue contre le rezonage ponctuel des terres et a plaidé en faveur de la mise en place de portefeuilles spécifiques pour les conseillers afin d’améliorer la communication avec les résidents et la consultation de la communauté avant les grandes dépenses d’investissement.

Au cours de ses années en tant que conseillère de 1974 à 1977, elle a fait face à beaucoup d’opposition sur les décisions du conseil. Ses propositions ont souvent été rejetées par les conseillers, en particulier William Kesler, qui l’a publiquement qualifiée de bidon. Elle était aussi fréquemment en désaccord avec Bernard Lang, qui était maire à l’époque. En effet, en 1982, elle décide de se présenter contre lui à la mairie de Côte Saint-Luc.

Décrite comme la « première mère » de Côte Saint-Luc, elle n’aurait jamais manqué une réunion. Elle a soutenu divers programmes sociaux et de santé à travers la ville, tels que l’Organisation des mesures d’urgence, la Formation en réanimation cardiorespiratoire et le Service d’ambulance paramédicale reliant Côte Saint-Luc, Hampstead et Montréal-Ouest. (Moniteur, 1er novembre 1978).

Le prix Hazel Lipes a été créé par la Ville de Côte Saint-Luc, qui reconnaît un bénévole pour sa contribution exceptionnelle aux programmes de services communautaires.

M

1922-2014

Henry Marcovitz est né en 1922 à Montréal, Québec. Il a été accepté à la faculté de médecine de McGill à une époque où peu de personnes de confession juive étaient admises. Cependant, l’avènement de la Seconde Guerre mondiale oblige Marcovitz à s’enrôler dans l’armée canadienne et à se battre pour son pays. Il a été libéré avec honneur après avoir souffert à deux reprises d’une pneumonie. Il est retourné à l’école et a obtenu son baccalauréat en commerce. Il est ensuite devenu un homme d’affaires prospère. Il épousa Shirley Charad et ils eurent plusieurs fils et filles.

Henry a déménagé à Randall Avenue, Côte Saint-Luc, en 1955. Il s’est impliqué dans la politique locale lorsqu’il a travaillé à la campagne électorale de Samuel Moskovitch en 1964. En 1965, il a été honoré par le maire Moskovitch pour avoir obtenu les meilleures notes à l’école. Il a été élu pour la première fois au conseil municipal en 1970, pendant 20 années consécutives, jusqu’en 1989. Il a représenté le district trois lorsque le système de districts a été mis en place en 1982.

« J’ai fait la connaissance d’Henry Marcovitz lors de la campagne de défusion en 2004 lorsqu’il s’est joint à moi et à d’autres anciens élus de Côte Saint-Luc pour promouvoir la reconstitution de notre ville », a déclaré l’ancien maire Anthony Housefather. “Il était déjà assez avancé en années, mais il avait une énergie énorme et m’a impressionné par son intelligence et son dévouement à la cause.”

Marcovitz a été président du comité d’urbanisme et membre du comité des finances et de l’audit au milieu des années 1980. Cela comprenait la période où Côte Saint-Luc a construit sa nouvelle bibliothèque et son hôtel de ville. Il s’est battu contre les conversions de condos, obligeant les propriétaires à effectuer les améliorations requises par les règlements municipaux.

« Il a été mon conseiller municipal pendant mon enfance à Côte Saint-Luc et était toujours disponible et accueillant, traitant mes préoccupations avec respect et importance », a déclaré le maire Mitchell Brownstein. “J’ai toujours été fier de dire que je le connaissais comme un ami de tous ceux qu’il servait.”

Les contributions de Marcovitz ont été saluées par ses pairs. Lorsqu’il a quitté ses fonctions en 1990 après six mandats, le maire de l’époque, Bernard Lang, l’a qualifié de conseiller « équitable » et « efficace » et qu’« il a ajouté beaucoup de sérénité aux négociations ». Le conseiller de l’époque, Isadore Goldberg, l’a appelé “l’un des doyens” du conseil.» Le conseiller Glenn J. Nashen a déclaré que Markovitz avait été très engagé et a servi d’inspiration pour les nouveaux dirigeants.

« C’était formidable de l’avoir au sein du conseil pendant deux décennies et son nom et sa façon de penser continuent d’être mentionnés un demi-siècle plus tard », a déclaré le conseiller Nashen.

Marcovitz avait été accepté à la faculté de médecine de McGill, mais plutôt que de terminer sa formation médicale, il s’est senti obligé de s’enrôler dans l’armée canadienne pour combattre pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est ensuite retourné à l’école et a obtenu un baccalauréat en commerce. Il est devenu un homme d’affaires prospère. Il a rencontré sa future épouse, Shirley, qui a été l’amour de sa vie pendant 59 années heureuses. Lorsqu’elle est décédée il y a quelques années, il a demandé que la pierre tombale soit gravée des mots inhabituels mais sincères, “un beau mariage”.

Il menait un mode de vie sain et restait en forme en faisant du ski nautique, du ski alpin et en jouant au squash et au golf. Il a même continué à faire de l’exercice lorsqu’il était dans un fauteuil roulant et a assisté à des conférences à la bibliothèque jusqu’à sa dernière année.

“Henry était un Mensch, un gentleman et un modèle”, a déclaré le rabbin Chaim Steinmetz aux funérailles de Marcovitz l’année dernière. « Il pouvait réparer sa propre voiture, réparer sa propre maison et payer ses propres impôts. C’était avant tout un homme intègre, bienveillant et généreux.

Par-dessus tout, Marcovitz défendait le développement de Côte Saint-Luc selon un plan directeur global, le maintien de normes de construction élevées, l’amélioration de la planification fiscale à long terme pour économiser l’argent des contribuables, de meilleures installations récréatives et sociales et une plus grande participation du public aux questions municipales vitales.

Il est décédé le 7 octobre 2014 à l’âge de 92 ans. Le terrain de jeu Henry Marcovitz, qui fait partie du parc McDowell, lui a été dédié avec grand honneur le 28 juin 2015.

Yvan Edgar McCubbin est né en 1892 à Québec et a épousé Catherine (Kate) Annie Hodge à l’église presbytérienne Saint-Andew’s de Lachine en 1916. Lui et Kate et leur fille Eileen vivaient au 312, avenue Saint-Patrick dans la région de Glenn Farm à Lasalle au début des années 1920. Il est arrivé à Côte Saint-Luc à la fin des années 20. Menuisier de profession, il a construit sa propre maison, maintenant située au 635 Wolseley, en 1927. Sa maison existe toujours aujourd’hui.

Il devient conseiller municipal de 1936 à 1941. Il était chargé de la protection contre les incendies et a joué un rôle important dans la création d’un système de protection contre les incendies. Il a ensuite été nommé responsable du Service des bâtiments et a présenté une motion pour adopter un nouveau règlement 59 concernant l’entretien des bâtiments actuels et futurs de la municipalité. En l’honneur de ses contributions, la Ville a donné son nom à une rue à proximité (chemin McCubbin).

N

P

Conseiller de 1921 à 1928

La famille Prud’homme remonte à la fondation de Montréal. Pour plus d’informations généalogiques sur la famille Prud’homme, visitez :

http://www.lesprudhomme.org/files-f/doc/chap1-prdhm_hist_gen.pdf 

http://www.lesprudhomme.org/

https://csllibrary.org/the-prudhomme-family/

Conseiller de 1918 à 1919, de 1921 à 1922, et de 1924 à 1931

La famille Prud’homme remonte à la fondation de Montréal. Pour plus d’informations généalogiques sur la famille Prud’homme, visitez :

http://www.lesprudhomme.org/files-f/doc/chap1-prdhm_hist_gen.pdf 

http://www.lesprudhomme.org/

https://csllibrary.org/the-prudhomme-family/

Conseiller de 1912 à 1914, et de 1924 à 1931

La famille Prud’homme remonte à la fondation de Montréal. Pour plus d’informations généalogiques sur la famille Prud’homme, visitez :

http://www.lesprudhomme.org/files-f/doc/chap1-prdhm_hist_gen.pdf 

http://www.lesprudhomme.org/

https://csllibrary.org/the-prudhomme-family/

Conseiller de 1905 à 1919

La famille Prud’homme remonte à la fondation de Montréal. Pour plus d’informations généalogiques sur la famille Prud’homme, visitez :

http://www.lesprudhomme.org/files-f/doc/chap1-prdhm_hist_gen.pdf 

http://www.lesprudhomme.org/

https://csllibrary.org/the-prudhomme-family/

Conseiller de 1903 à 1912 et en 1920

La famille Prud’homme remonte à la fondation de Montréal. Pour plus d’informations généalogiques sur la famille Prud’homme, visitez :  

http://www.lesprudhomme.org/files-f/doc/chap1-prdhm_hist_gen.pdf 

http://www.lesprudhomme.org/

https://csllibrary.org/the-prudhomme-family/

Conseiller de 1912 à 1919

La famille Prud’homme remonte à la fondation de Montréal. Pour plus d’informations généalogiques sur la famille Prud’homme, visitez :

http://www.lesprudhomme.org/files-f/doc/chap1-prdhm_hist_gen.pdf 

http://www.lesprudhomme.org/

https://csllibrary.org/the-prudhomme-family/

Conseiller en 1914

La famille Prud’homme remonte à la fondation de Montréal. Pour plus d’informations généalogiques sur la famille Prud’homme, visitez :  

http://www.lesprudhomme.org/files-f/doc/chap1-prdhm_hist_gen.pdf 

http://www.lesprudhomme.org/

https://csllibrary.org/the-prudhomme-family/

Conseiller de 1903 à 1909

La famille Prud’homme remonte à la fondation de Montréal. Pour plus d’informations généalogiques sur la famille Prud’homme, visitez :  

http://www.lesprudhomme.org/files-f/doc/chap1-prdhm_hist_gen.pdf 

http://www.lesprudhomme.org/

https://csllibrary.org/the-prudhomme-family/

Conseiller de 1923 à 1928

La famille Prud’homme remonte à la fondation de Montréal. Luc Prud’homme était un descendant direct de Louis Prud’homme, qui est arrivé à Ville-Marie avec Paul Chomedey de Maisonneuve en 1642, sous contrat des Sulpiciens, pour créer une colonie.

Louis Prud’homme est né à Pomponne, en France, en 1611, et s’est rendu à Ville-Marie en 1641. Il était le premier brasseur à Montréal et le capitaine de sa milice.

Au cours des années 1650, Louis Prud’homme et autres familles, dont les Décarie, Leduc et Lemieux, se voient octroyer des concessions de terres agricoles dans l’est de Notre-Dame-de-Grâce en guise de récompense. Ils défrichent la terre, la découvrant extrêmement fertile. Depuis les années 1700, la famille Prud’homme pratique l’agriculture à Côte Saint-Luc. Les premiers terrains des Prud’homme s’étendaient jusqu’à l’ouest du boulevard Décarie, où se trouve maintenant l’avenue Prud’homme. Ils étaient exceptionnellement connus pour leurs vergers de pommiers.

La maison en pierre des Prud’homme – 1931

Le premier Prud’homme enregistré à Côte Saint-Luc était Jérémie Prud’homme (1766-1846). Il est nommé par les Sulpiciens parmi les vingt chefs de famille vivant à Côte Saint-Luc en 1818. Il était marié à Marie Louise Décarie (1769-1855), une autre grande famille d’agriculteurs. Jérémie a engendré deux fils, Gervais et Eustache. Gervais était le père de Luc.

Gervais Prud’homme (1797-1886) était marié à Scholastique Leduc (1800-1862), mère de Luc. Nous ne sommes pas sûrs à ce stade où se trouvait son terrain. Cependant, en 1872, ses descendants étaient propriétaires du terrain où se trouve actuellement le centre commercial de Côte Saint-Luc, ainsi que des terrains plus à l’ouest, en direction de Westminster. Les terrains mesuraient 30 acres de long et environ 3 acres de large nord-sud.

L’autre fils de Jérémie, Eustache (1794-1872) acquit le terrain voisin de Westminster. Eustache était marié à Catherine Hurtubise (une autre grande famille d’agriculteurs). En 1849, Eustache Prud’homme vendit 30 acres de terrain pour construire l’église catholique de Notre-Dame-de-Grâce, qui se trouve toujours près du coin de l’avenue NDG et du boulevard Décarie. Son fils Jérémie (1825-1902) était marié à Sophie Lortie et exploitait le lot 105. Leur fils Eustache Jr. exploitait le lot 98, situé à côté de Luc. Leur fils Joseph avait le lot 104. Les fils de Jérémie et de Sophie, Eustache, Jérémie et Gervais, ont ensuite été conseillers à Côte Saint-Luc.

Luc Prud’homme est né en 1834. Il a été nommé commissaire d’école à la municipalité de Notre-Dame-de-Grâce Ouest (qui était alors la région de Côte Saint-Luc) dans le comté de Hochelaga jusqu’en 1891 (Gazette Officielle du Québec, 3 octobre 1891).

L’Écurie Red Top sur les terres de la famille Prud’homme – années 1940

Lorsque la paroisse de NDG a été démembrée en 1903, Côte Saint-Luc s’est détachée du groupe de quatre régions qui composaient la paroisse (Village Turcot, Côte Saint-Antoine, Côteau Saint-Pierre et Côte Saint-Luc). À l’époque, Côteau Saint-Pierre était en train de procéder à diverses améliorations, comme la construction d’aqueducs, de canaux et l’installation de lumières. La région de Côte Saint-Luc n’a pas voulu financer ces améliorations, car elle n’en bénéficierait pas. Par conséquent, les propriétaires de la région de Côte Saint-Luc ont demandé au Parlement de Québec une charte de village, et ainsi le Village de Côte Saint-Luc a été fondé en janvier 1903 (Gazette Officielle du Québec, 14 février 1903). Luc Prud’homme, Joseph Prud’homme, Pierre Lemieux, Stanislas Viau, François-Xavier Décarie et Henri Décarie ont été élus conseillers. En juillet 1903, les conseillers se sont réunis et ont élu Luc Prud’homme au poste de premier maire de Côte Saint-Luc (La Presse, 11 juillet 1903).

Le maire Prud’homme était connu pour sa probité, son esprit d’initiation et son esprit d’entreprise. Sa ferme, située sur le lot 95, se trouvait à l’emplacement du centre commercial de Côte Saint-Luc. Sa terre a été vendue dans les années 1940, devenant un centre équestre (Red Top Barn), puis vendue dans les années 50 à des promoteurs. Il a épousé Julie Senecal, issue d’une autre famille d’agriculteurs à Côte Saint-Luc. Ils vivaient à la ferme avec ses enfants Joseph, Marie, Luc, Ezilda et Victoria, ainsi que la soeur de Luc, Celina, son frère Gervais et leur père Gervais.

Il est décédé en 1919, à l’âge de 85 ans. Le parc Prud’homme lui a ensuite été dédié en 1989. L’avenue Prud’homme à NDG tient son nom d’un autre membre de la famille, Léon Prud’homme (1824-1904), qui s’était établi sur le territoire où cette rue traverse.

Pour plus d’informations généalogiques sur la famille Prud’homme, visitez : http://www.lesprudhomme.org/files-f/doc/chap1-prdhm_hist_gen.pdf 
http://www.lesprudhomme.org/

Conseillère de 1915 à 1931

La famille Prud’homme remonte à la fondation de Montréal. Pour plus d’informations généalogiques sur la famille Prud’homme, visitez :

http://www.lesprudhomme.org/files-f/doc/chap1-prdhm_hist_gen.pdf 

http://www.lesprudhomme.org/

https://csllibrary.org/the-prudhomme-family/

Conseiller de 1915 à 1919

La famille Prud’homme remonte à la fondation de Montréal. Pour plus d’informations généalogiques sur la famille Prud’homme, visitez :

http://www.lesprudhomme.org/files-f/doc/chap1-prdhm_hist_gen.pdf 

http://www.lesprudhomme.org/

https://csllibrary.org/the-prudhomme-family/

Conseiller en 1913

La famille Prud’homme remonte à la fondation de Montréal. Pour plus d’informations généalogiques sur la famille Prud’homme, visitez :  

http://www.lesprudhomme.org/files-f/doc/chap1-prdhm_hist_gen.pdf 

http://www.lesprudhomme.org/

https://csllibrary.org/the-prudhomme-family/

R

S

1928-1975

Irving Singerman est né en 1928 à Montréal, Québec. Il a été fondateur et président de Wallmaster Cleaning Services, Ltd. Il a épousé Dora Black et a eu deux filles : Mme Naomi Goodz et Mme Cynthia Kay. Il avait également deux frères, Hyman et Dave.

Singerman s’est présenté pour la première fois aux élections du conseil municipal le 12 mai 1965, remplaçant Ron Hindle au siège 3. Il a été élu conseiller lors d’une élection partielle et a été réélu lors de toutes les élections suivantes. Sa première campagne électorale était basée sur l’amélioration de la protection policière, le zonage, une plus grande emphase sur les parcs et les terrains de jeux, l’élimination des terres inutilisées appartenant à la ville, l’établissement de l’admissibilité du mari et de la femme aux fonctions civiques et un nouvel ordre de priorités pour les grands projets d’immobilisations à empêcher les augmentations d’impôts. Singerman était actif dans BBYO, qui est un « mouvement pluraliste d’adolescents juifs de premier plan aspirant à impliquer davantage d’adolescents juifs dans des expériences juives plus significatives ». Il fait partie du groupe de quatre hommes responsables de l’achat du premier édifice de l’organisme sur l’avenue Jeanne-Mance en 1949.

Membre fondateur et quatrième président du Maple Leaf Lodge B’nai Brith de 1950 à 1951, il a été responsable de la création du comité de coordination du B’nai Brith et en a été le premier président en 1951. Il a été le fondateur et président de Shaare Congrégation Zedek pour une période de 6 ans, ainsi que le premier président de la Région Nord-Est de la Synagogue Unie d’Amérique. Le conseiller Singerman a été coprésident du comité des finances et président du comité de la défense civile. Il a travaillé en étroite collaboration avec la police et les pompiers pour mettre en œuvre un programme de défense civile à CSL.

Irving Singerman est décédé subitement à l’âge de 47 ans le 25 mars 1975. Il avait été conseiller municipal de CSL pendant 10 ans et bien connu de la communauté juive. Ses funérailles ont eu lieu à la synagogue Shaare Zedek, dont il était le fondateur et ancien président. (Moniteur, 26 mars 1975).

En 1975, la ville de CSL a annoncé qu’elle construirait le parc Singerman en l’honneur d’Irving Singerman. Le parc est situé au coin de Robinson et Regal. (Moniteur, 28 mai 1975).

V


Voir aussi